Royals de Kansas City : voici pourquoi tout va bien

Chers partisans des Royals de Kansas City et tous ceux en devenir, ce texte est pour vous!

Par le fait que Kansas City jouait cette fin de semaine une série de quatre matchs face aux Blue Jays de Toronto et que cette dernière équipe est populaire parmi les fans de balle du Québec, vous avez surement été un plus grand nombre de gens à regarder, à quelque part dans votre fin de semaine, une bribe d’un des matchs des Royals. 

Publicité

Donc, ça vous a plu? Du baseball qui se joue en équipe, stratégique et axé sur la vitesse. Cela fait différent des retraits au bâton et des longues balles des autres équipes, non?

Eh bien, bienvenue dans le bandwagon. Vous êtes là pour y rester, vous allez voir, comme je le suis depuis les présences en Série mondiale de 2014 et 2015!

Il est bon d’être un partisan des Royals en ce moment

Je sais bien qu’il ne faut pas partir en peur, car il n’y a qu’à peine 10 % de la saison de joué, mais rappelons-le, ce sont les Royals de Kansas City qui trônent au premier rang de la division centrale de la Ligue américaine.

Il faut le savourer, car les moments de réjouissance ont plutôt été rares au cours des plus récentes campagnes du côté de l’équipe du Missouri. La saison est jeune, mais disons que tous (ou presque), voyaient les White Sox dominer de bout en bout cette division avec les Twins pour leur souffler dans le cou ici et là. Il n’en est rien, même que KC est une des deux seules équipes (l’autre étant les puissants Dodgers) à ne pas avoir perdu une série en 2021.

Publicité

Mais qu’est-ce qui peut bien expliquer tout cela? Ce n’est pas uniquement dû au fait que les autres équipes sous-performent, mais bien parce que les hommes de Mike Matheny jouent bien! Ils sont clutch, jouent un jeu simple et efficace, sont disciplinés, chaque joueur connaît son rôle et ils sont bien dirigés. Ajoutons à cela que les relativement nombreux nouveaux venus se sont bien greffés au groupe existant. Michael A. Taylor est né pour piloter le champ centre du Kauffman Stadium, Carlos Santana équilibre l’avant-champ et quelqu’un supporte enfin le fabuleux Whit Merrifield en la personne de Benintendi, notamment.

C’est fou, pareil, parce que le tout se fait sans la présence du joueur d’arrêt-court Adalberto Mondesi (une partie de la réponse, à mon sens ; je suis loin d’être un fan de ce dernier, tel que mentionné dans le portrait 2021 de l’équipe) et notons aussi que le puissant frappeur désigné Jorge Soler ne performe tout simplement pas depuis de début de saison, comme en témoigne sa moyenne au bâton catastrophique de ,167.

Un mot sur Salvador Perez

Appelons un chat un chat, en plus d’être un des favoris de la foule, le charismatique receveur est le cœur et l’âme de l’équipe. Cette fin de semaine, il a procuré la victoire à sa formation deux fois à l’aide de circuits, dont un walk-off home run.

Il dirige d’une main de maître les lanceurs et son leadership rayonne. Il justifie sa surprenante prolongation de contrat de quatre ans et 82 millions, considérant que ce n’est pas dans l’ADN de l’équipe de dépenser une telle somme sur un joueur.

Bref, les Royals nous rendent fiers, Philippe Robitaille et moi, les deux partisans #1 de l’équipe au Québec!

Image par défaut
Maxime Trudeau
Partisan #1 des Royals de Kansas City. Joueurs favoris: Whit Merrifield, Christian Yelich. Passion pour tout ce qui touche le monde du sport et le milieu agricole. Le Plateau Mont-Royal, Montréal. Bachelier Université du Québec à Rimouski, Communication Relations humaines.
Publications: 183