Les Brewers ont une fiche de 13-3 depuis l’acquisition de Willy Adames

Cette saison est loin d’être facile pour les Brewers de Milwaukee et après 60 parties complétées, ils sont de retour dans la course avec une séquence intéressante de 13 victoires et trois défaites depuis le 21 mai.

Cela coïncide avec l’arrivée du fougueux joueur d’arrêt-court avec l’équipe : Willy Adames.

Publicité

Je vous rappelle que Willy Adames a été échangé des Rays de Tampa Bay avec le releveur Trevor Richards contre deux releveurs, soit Drew Rasmussen et J.P. Feyereisen, le 21 mai dernier à la surprise de tous.

Avant la transaction, Willy n’était tout simplement pas au sommet de sa forme, lui qui oui, dégage une énergie indéniable et contagieuse, mais ne produisait pas sur le plan offensif avec une faible moyenne au bâton de .197. Il est désormais à .213 de moyenne avec trois circuits et onze points produits depuis qu’il est devenu un membre des Brewers.

C’est déjà unanime dans le vestiaire que l’énergie qu’apporte Willy Adames sur un terrain est plus que la bienvenue chez les Brewers, qui ont vu des joueurs étoiles de l’équipe s’en réjouir, tels que Christian Yelich et Corbin Burnes.

Publicité

Il apporte de l’énergie et on l’adore. – Christian Yelich

Il est entré dans le vestiaire avec de l’énergie, prêt à jouer. – Corbin Burnes

Son nouveau gérant, Craig Counsell, l’a qualifié comme étant un « donneur d’énergie » au sein de l’équipe. Matt Arnold, le directeur général, se réjouit également de sa présence, car l’échange a été effectué en mai, ce qui est plutôt hors du commun à ce temps-ci de l’année.

Il a mentionné qu’il était en discussion avec les Rays depuis déjà un bon bout de temps, alors ce n’était pas un signe de panique chez Arnold et les Brewers, qui, juste avant l’échange, avaient une fiche de 22 victoires et 23 défaites…

Plusieurs critiquent leur séquence victorieuse sur les réseaux sociaux, car ils ont un calendrier facile et affrontent donc des équipes plus médiocres cette année, notamment contre les Nationals de Washington, les Tigers de Detroit et puis les Diamondbacks de l’Arizona.

La suite des choses demeure relativement très faisable : six parties contre les Reds de Cincinnati, trois contre les Pirates de Pittsburgh et six contre les Rockies du Colorado. Il reste à voir si cette production offensive va se poursuivre, mais peu importe, sa présence énergique continue d’être un atout dans n’importe quel vestiaire.

Image par défaut
Jonathan Paradis
Publications: 14