En signant Gosuke Katoh, Toronto a trouvé son prochain Munenori Kawasaki

Publié le 5 janvier 2022

Ceux qui suivent les Blue Jays depuis deux ou trois ans seulement ne connaissent pas forcément le personnage qu’était Munenori Kawasaki. Le joueur d’utilité, qui faisait la navette entre Buffalo et Toronto, était apprécié de tous. Les médias se l’arrachaient, les partisans l’adoraient et les joueurs aussi.

Pourquoi? Parce que même s’il parlait mal l’anglais et qu’il n’était pas le plus talentueux du lot, il était toujours prêt à faire rire les autres. Son attitude était impeccable.

https://www.youtube.com/watch?v=MwUPFU9rDMg

Plaisir coupable : une fois de temps en temps, je réécoute certaines de ses entrevues. Il était formidable.

Forcément, une équipe de balle a besoin de joueurs dans ce moule-là. Je parle ici du joueur de profondeur qu’il est et dont le club a besoin en plusieurs exemplaires

https://twitter.com/JaysJournal/status/1478702643908386819

Mais je parle aussi de l’homme. Il est le genre de gars qui fait rire ses coéquipiers et qui peut détendre l’atmosphère quand ça va moins bien chez le club.

Et visiblement, le club a réussi à mettre sous contrat un gars du genre en Gosuke Katoh.

https://twitter.com/EthanDiamandas/status/1478411659031064578

Le club a été en mesure de le signer en raison du fait qu’il est détenteur d’un contrat des mineures et d’une invitation au gros camp du club. Il n’est pas en arrêt de travail et l’ancien des Padres peut donc profiter de son droit à l’autonomie.

Je ne sais pas s’il fera sa place au camp, mais une chose est certaine : il a du Kawasaki dans le nez. La preuve? Voici ce qu’il a publié sur les réseaux sociaux une fois son contrat officialisé.

https://twitter.com/GosukeKatoh/status/1478416933749882880

Dans un tweet, il a pris une entrevue classique de Kawasaki, a collé son visage sur celui de l’ancien joueur des Blue Jays et a ajouté un tweet en reprenant une blague de banane faite par l’ancien joueur des Jays.

J’ai hâte de voir ce qu’il pourra faire en 2022, mais le joueur d’utilité a tout pour devenir un favori de la foule.

Charles-Alexis Brisebois

Voir tous les articles