Josh Donaldson : le coup de barre dont les Yankees ont besoin?

Publié le 15 mars 2022

La transaction qui a envoyé Josh Donaldson au Yankees de New York fait couler beaucoup d’encre depuis quelques jours. Énormément beaucoup, même.

C’est normal. Quand un joueur de la trempe de Donaldson débarque dans le Bronx, ça fait tout le temps jaser. Rappelons que Gio Urshela ainsi que Gary Sanchez ont quant à eux pris le chemin inverse, alors qu’ils ont été acquis par les Twins.

La venue du Bringer of Rain dans le zoo new-yorkais changera-t-elle quelque chose au sein de cette équipe qui cherche toujours à gagner une Série mondiale depuis qu’elle l’a fait en 2009? Peut-être.

On sait qu’il aime la pression et c’est pourquoi les Yankees ne sont pas le premier club de New York à avoir tenté de mettre la main sur ses services.

On sait ce que Donaldson peut apporter sur le terrain. Il est entièrement capable de se démarquer offensivement lorsque le temps est venu. Il n’est peut-être plus excellent en défensive comme il l’a été par moments dans sa carrière, mais il ne s’avère pas être un fardeau non plus.

C’est plutôt dans le vestiaire et dans l’abri qu’il pourrait avoir un rôle important avec les Yankees.

Le principal intéressé n’a pas la langue dans sa poche et n’a pas peur de critiquer ses coéquipiers lorsque nécessaire. Ai-je besoin de vous rappeler la saga entourant ses commentaires face aux Yankees et Gerrit Cole l’an dernier?

L’arrivée de Donaldson à New York fait beaucoup penser à celle de Roger Clemens il y a plusieurs années.

Le caractère des deux hommes se ressemble considérablement en considérant le fait que Clemens n’avait lui aussi pas peur de dire ce qu’il pensait. Et au final… le leadership qu’il aura apporté à New York aura permis au Yankees de remporter deux titres de la Série mondiale de suite (1999 et 2000).

Reste à voir, maintenant, si l’ancien MVP pourra faire de même.

Ô qu’il sera intéressant de voir l’impact qu’aura Donaldson chez les Yankees l’an prochain, surtout s’il peut rester en santé. On risque d’avoir de belles histoires venant de ses moments à New York.

Marc-Olivier Cook

Voir tous les articles