Juan Soto refuse de s’avancer sur son futur chez les Padres

Publié le 4 août 2022

Depuis quelques jours, Juan Soto le répète : il ne voulait pas partir de Washington. C’est bel et bien le club qui a choisi de l’échanger en raison du fait que la vedette ne semblait pas vouloir signer dès maintenant à long terme en ville.

Rappelons que son agent, Scott Boras, aime établir la valeur de ses clients via le marché de l’autonomie et c’est le plan que Juan Soto avait acheté.

Mais bon. Au final, le voilà à San Diego pour (théoriquement) au moins deux ans et demi. Il n’en veut pas aux Nationals et il croyait qu’il allait demeurer à Washington, mais on le sent tout de même très heureux d’être à San Diego en ce moment.

Après tout, il va jouer dans un stade très dynamique et au coeur d’un alignement qui, ma foi, sera des plus dangereux pour les lanceurs adverses. Et ça, il le sait puisqu’il a souhaité bonne chance aux lanceurs adverses pour la suite des choses.

Et pendant que cela laisse les Nationals dans le néant, Soto, lui, s’amuse comme un petit fou en Californie. L’engouement à San Diego est sans pareil et hier, pour la première fois de l’histoire, les Padres ont joué à guichets fermés lors d’une joute présentée un mercredi soir. Et ce n’était pas parce que les Rockies étaient en ville...

C’était bel et bien pour accueillir la nouvelle vedette du club.

Et le match a été complètement fou. Avec notamment Juan Soto et Josh Bell (qui est aussi très content d’être à San Diego) sur les buts via des buts sur balles, le petit nouveau Brandon Drury est devenu, d’un seul élan, le premier joueur de l’histoire à produire quatre points à son premier match avec les Padres.

Ça a fini 9-1. Manny Machado et Jake Cronenworth ont aussi frappé la longue balle. Soto a soutiré deux buts sur balles et a frappé un coup sûr.

Bref, l’ambiance était à la fête et rien n’aurait pu être plus parfait – à part si Soto avait frappé un circuit, bien évidemment.

Les gars avaient du plaisir et l’ambiance au Petco Park était sans pareille, selon le sentiment de Cronenworth, qui est là depuis un bout.

Selon Blake Snell, le fait d’avoir manqué le bateau l’an dernier (Max Scherzer et Trea Turner, deux anciens membres des Nationals, justement) a rendu le club triste en 2021. Mais là, avec Soto, le plaisir est revenu.

Mais est-ce que tout cela va le convaincre de demeurer à San Diego à log terme? Elle est là, la vraie question dans le dossier.

Après tout, le club pourrait manquer d’argent pour signer tout le monde. Soto pourrait être trop gourmand au goût de ses nouveaux patrons. Il pourrait vouloir être joueur autonome, comme son plan initial le stipule. Les Padres pourraient l’échanger dans un an et demi pour renflouer la banque d’espoirs, qui est à sec présentement.

Mais Soto, lui, n’est pas rendu là. En ce moment, il veut gagner et c’est tout. Il parlera de contrat plus tard, ce qui prouve que Scott Boras a bien briefé son client.

Soto, qui va donner une montre à Nick Martinez pour son #22, est pour l’instant principalement occupé à s’habituer à son nouvel environnement. Je ne sais pas s’il y aura des discussions cet hiver.

Mais ce que je sais, c’est qu’en ce moment, être un partisan des Padres de San Diego, ça doit être vraiment amusant. Imaginez quand Fernando Tatis Jr. sera de retour…

Clairement, l’objectif est de gagner chez les Padres. Avec un club de cette trempe-là, Bob Melvin et ses hommes n’auront pas le droit à l’erreur.

Est-ce qu’ils y arriveront?

Charles-Alexis Brisebois

Voir tous les articles