Le futur de Rob Manfred dépend des négociations actuelles

Publié le 18 janvier 2022

Rob Manfred est, à tout le moins, un commissaire controversé. Depuis qu’il a pris la relève de Bud Selig en 2015, l’homme d’affaires a multiplié les mécontentements et bâti une réputation discutable. Si jamais la saison 2022 devait être affectée par l’absence du contrat de travail, cela pourrait avoir une incidence sur son futur dans le baseball majeur.

Dans le podcast de The Athletic paru mardi matin, Ken Rosenthal et Tim McMaster ont discuté de ce que l’arrêt de travail actuel pourrait signifier pour la suite des choses à la direction de la ligue. Leur avis est partagé.

Si, dans les prochaines semaines, une entente peut être trouvée avec l’association des joueurs, il ne devrait pas y avoir de problème. De toute manière, nous serions présentement en saison morte. Le calendrier n’écoperait pas dans une telle situation.

Cependant, il se peut également que les deux camps ne fassent pas de compromis. Le cas échéant, il faut au moins réfléchir à la capacité de Rob Manfred à diriger la MLB. C’est ce que Rosenthal souligne.


« Le scénario catastrophe, où ils perdent un mois de la saison, les gens sont incroyablement fatigués de Manfred. Les partisans, et les propriétaires à ce point n’ont peut-être de pas le choix d’au moins considérer une alternative. » – Ken Rosenthal

L’analyste ne peut pas confirmer si ça arrivera ou non. Il émet une hypothèse. Mais comme il le rappelle, il est juste de dire que Manfred est « largement impopulaire » auprès des partisans de balle.

Ken Rosenthal a beau avoir été relevé de ses fonctions au MLB Network pour ses commentaires envers le dirigeant, un changement ne ferait tout de même pas de tort.

En 2020, alors que la pandémie a retardé le début de la saison, c’est l’inefficacité des négociations qui l’a réduite de manière drastique. On a fini par jouer seulement 60 matchs sur 162, et le commissaire avait certainement sa part de responsabilités dans cette affaire.

Si Manfred parvient à gâcher une deuxième campagne en trois ans, il ne devrait pas faire long feu à son poste actuel.

William Thériault

Voir tous les articles