Les propriétaires des Cubs songent à acheter le Chelsea FC

Publié le 7 mars 2022

Il y a quelques semaines, Rob Manfred avait affirmé que d’être un propriétaire dans la MLB était « plus risqué que de placer de l’argent à la bourse ». Pas besoin de vous dire que ça avait fait jaser un brin.

Mais visiblement, plusieurs actionnaires ont un bon portefeuille et ils ont réalisé de bons investissements. C’est le genre d’investissement que tu as quand tu remontes dans le temps pour acheter les premières actions d’Apple, disons.

Prenons l’exemple des Cubs de Chicago. Depuis que la famille Ricketts a acheté le club en 2009, sa valeur a grimpé de 845 M$ à 3.36 milliards de dollars. Et ce, malgré la pandémie de la COVID-19 et ses impacts financiers.

Selon Bernie Sanders, la valeur des 30 équipes a augmenté de 41 milliards de dollars depuis que les proprios actuels ont acheté le club.


Pendant ce temps, certains joueurs peinent à joindre les deux bouts. Pas les plus riches de ce monde, mais les joueurs à cheval entre le AAA et les Majeures qui sont sur l’alignement de 40 joueurs des Majeures.

Pourquoi je vous dis ça? Parce que de voir les proprios des Cubs être dans la course dans les conditions actuelles pour acheter le club de Chelsea, dans la Premier League, en fait réagir plus d’un.


Les joueurs sont frustrés de voir que les clubs ne veulent pas payer pour leurs joueurs, mais que des investissements comme acheter le Chelsea FC sont sur la table.

Les patrons peuvent passer un an sans baseball et survivre. Garder son argent pour autre chose fait mal aux joueurs, donc.


Le club de Chelsea est en vente pour au moins trois milliards de dollars. La famille Ricketts se chercherait des partenaires.

En 2020, l’actionnaire de contrôle des Cubs, Tom Ricketts, avait déclaré que ça allait prendre du temps (beaucoup de temps) pour se relever des effets de la pandémie. Vendre des parts du club était aussi sur la table.


Rappelons aussi que les Cubs n’ont pas réussi à s’entendre avec les vedettes du club (Kris Bryant, Anthony Rizzo, Javy Baez) l’été dernier, ce qui a lancé une reconstruction en ville.

Et comme les proprios des Red Sox sont aussi dans un processus d’expansion (acheter un club de basket est dans les plans), cela a de quoi fâcher les joueurs encore plus.


Dans un conflit aussi important que celui entre les joueurs et les propriétaires, tout peut insulter l’autre parti. Et visiblement, certains patrons ont trouvé la bonne manière.

Je suis persuadé que c’est utilisé par la MLBPA dans les discussions entre les deux groupes.

Charles-Alexis Brisebois

Voir tous les articles