Matthew Boyd a obtenu 10 M$ à Detroit (et ça démontre que le marché des lanceurs est fort)

Publié le 1 décembre 2022

Après la saison 2021, les Tigers de Detroit ont décidé de ne pas signer Matthew Boyd (qui devait commander un salaire de 6.5 M$) en raison d’une blessure.

Il n’a donc pas beaucoup lancé en 2022 (13.1 manches en relève), mais malgré tout, ce matin, les Tigers lui ont consenti un contrat de 10 M$ pour la prochaine saison – sans compter le boni à la performance potentiel d’un million de dollars.

Et tout cela nous démontre que le marché des lanceurs est fort.

Oui, Boyd est un bon lanceur et son mois de septembre à Seattle a été très bon. Ceci dit, quand on analyse la situation, on se rend compte qu’en ce moment, les lanceurs sont une denrée rare dans le baseball majeur.

Mais dans les faits, on le savait. La signature des Tigers ne fait que démontrer une tendance.

Pendant qu’on parle de près de 40 M$ pour Aaron Judge, deux lanceurs qui sont soit vieux (Justin Verlander) ou qui viennent avec de l’incertitude au niveau de la santé (Jacob deGrom) sont pressentis pour pulvériser ce montant-là.

Carlos Rodon, lui, pourrait toucher 35 M$ par année. Carlos Rodon.

Ça concerne aussi les releveurs. Edwin Diaz (102 M$ sur cinq ans) a brisé des records. Robert Suarez s’est fait offrir 46 M$… alors qu’il n’est pas (encore) un closer.

On parle des 39 M$ pour Tyler « une bonne saison » Anderson? Du salaire annuel de 11.5 M$ (pendant trois ans) pour le releveur Rafael Montero?

Des 12 M$ par année pour le partant Mike Clevinger, dont la dernière bonne année remonte à l’époque où les Guardians avaient leur ancien nom?

Je ne dis pas ça en chialant puisque de voir les joueurs faire de l’argent (au lieu de voir les proprios s’en mettre dans les poches) est bon pour les gars.

Mais je suis quand même stupéfait de voir à quel point les lanceurs sont en demande. Les équipes qui en veulent un sont mieux de sortir le chéquier… ou d’y aller par transaction.

Charles-Alexis Brisebois

Voir tous les articles