Portrait 2022 : Rockies du Colorado

Publié le 4 avril 2022

Maintenant que l’arrêt de travail est derrière nous et que les équipes ont eu le temps de s’améliorer en vue de la saison 2022, il est temps de préparer la prochaine saison du baseball majeur en analysant les forces et les faiblesses des différentes formations.

Au menu aujourd’hui : les Rockies du Colorado.

La campagne 2021 n’a pas été fameuse. Le bilan de 74 victoires pour 87 défaites est peu flatteur, mais je dois avouer que je m’attendais à pire. Surtout, les Rockies se sont montrés très bons au Coors Field et cela a certainement aidé à attirer du monde au stade. Car après le fiasco autour de Nolan Arenado, une vraie crise s’est installée entre les partisans et la franchise.

Que pouvaient espérer les Rockies l’an dernier? Les Padres ont lourdement investi et les Dodgers sont presque intouchables dans leur division. Pour finir, les Giants se sont révélés être redoutables. Voyons comment la saison 2022 a été préparée.

Ajouts et départs

Trois départs majeurs sont à signaler. Le premier et le plus marquant est Trevor Story bien sûr, que les Rockies n’ont jamais espéré conserver, tant à cause du salaire que du manque d’ambition de la franchise. Il a signé à Boston. Jon Gray était une valeur sûre de la rotation et le voilà à Dallas. Une vraie perte…

Enfin, on se doit de citer également Raimel Tapia, qui est parti à Toronto en échange de Randal Grichuk (entre autres).

Tapia était talentueux par sa régularité. Il faisait ses erreurs en défense, cependant. Je pense que Grichuk correspond mieux aux besoins des Rockies.

Cependant, la recrue la plus emblématique reste Kris Bryant, agent libre, qui occupera le champ gauche. Une vedette pour les Rockies, même si son salaire pose clairement question.

José Iglesias est venu prendra la place de Story. Un piètre remplacement comparé à Story, mais pas si mal de manière absolue, car Iglesias est régulier. C’est toujours ça de pris. Le poste de Gray dans la rotation a été attribué à Chad Kuhl, libre après son début de carrière à Pittsburgh. On note aussi l’arrivée d’Alex Colomé.

Forces et faiblesses

Peut-on parler de vraies forces et de vraies faiblesses? L’équipe n’est pas impressionnante, mais elle reste équilibrée. La rotation est loin d’être ridicule : elle a même plutôt belle allure avec German Marquez, Antonio Senzatela, Kyle Freeland et Austin Gomber. Ils ne seront pas tous au meilleur de leur forme, mais avec l’ajout de Kuhl (Chacin est aussi capable de démarrer), ce n’est pas si mal.

L’alignement est bon et les joueurs suivants devraient tourner autour d’une vingtaine de circuits : Charlie Blackmon, Grichuk, Bryant, CJ. Cron, Brendan Rodgers et Ryan McMahon (qui a resigné récemment).

L’enclos a été un problème depuis trois ans. Si l’on devait citer une faiblesse, ce serait celle-là. Daniel Bard et Carlos Estevez sont deux valeurs sûres et après ça… C’est pour cela qu’ajouter Alex Colome me semble une bonne idée. Ceci étant, les Rockies devraient songer à recruter un nouveau releveur. Un receveur pour épauler Elis Diaz me semble aussi une piste à étudier.

Surtout, c’est l’assemblage de jeunes joueurs avec des vétérans qui est intéressant. L’équipe est homogène.

À quoi s’attendre en 2022?

Malgré l’article optimiste que je viens d’écrire, il faut être honnête : il y a peu de place pour les Rockies en 2022. Ça va être difficile.

Cependant, j’ai vraiment envie de voir un peu avant de juger. Quoi qu’il en soit, je continuerai à regarder une partie des Rockies au Coors Field régulièrement, car leur jeu à domicile est toujours assez excitant. On peut aussi espérer voir éclore deux lanceurs très prometteurs : Ryan Vilade et Elehuris Montero.

Damien Bourlet

Voir tous les articles