Selon le propriétaire des Yankees, certaines critiques envers Aaron Boone sont justifiées

Publié le 15 novembre 2022

Le gérant des Yankees de New York, Aaron Boone, n’a pas atteint la Série mondiale depuis son arrivée dans le Bronx en 2018. Cette léthargie lui vaut plusieurs critiques depuis quelques années, avec raison.

Et la saison 2022 ne fait pas exception. Selon le propriétaire de l’équipe, Hal Steinbrenner, certaines remises en question sont pleinement justifiées. De mon côté, je vous dirais qu’elles le sont toutes.

Pourtant, selon Steinbrenner, Boone demeure l’homme de confiance de la franchise new-yorkaise. Pourquoi? Parce qu’il aurait toujours le respect de ses joueurs et que ces derniers veulent toujours jouer pour lui et gagner pour lui.

« Si je ne pensais pas que c’était le cas – comme les années passées – j’aurais fait un changement. Mais Aaron Boone n’était pas responsable de notre attaque. La glissade qu’ils ont vécue au cours des deux derniers mois de la saison en séries éliminatoires, ce n’était pas sa responsabilité. Et encore une fois, nous avons eu beaucoup de blessures. Mais, les joueurs le respectent, ils veulent gagner pour lui. C’est une chose importante. »

Il est vrai que les blessures n’ont pas aidé la cause des Bombardiers du Bronx en deuxième moitié de campagne et durant les séries éliminatoires, mais cela n’enlève pas la responsabilité du skipper quant à sa gestion de l’enclos de relève, la composition de ses alignements et des décisions prises lors de rencontres importantes.

Et Steinbrenner le sait pourtant très bien.

« Chaque entraîneur, si vous regardez cinq, sept matchs ou dix matchs, va faire des erreurs. Évidemment, en séries, ils sont amplifiés et je ne dis pas qu’il prend la bonne décision à chaque fois. Je pense qu’une partie de la critique est justifiée. Mais dans l’ensemble, je pense qu’il fait assez bien ses devoirs. Il gère très bien ses entraîneurs, écoute leurs conseils, même dans le jeu, et prend beaucoup de bonnes décisions. »

Malgré ce que peut avancer le fils du grand George Steinbrenner, je ne crois pas que les bonnes décisions de Boone surpassent ses mauvaises et qu’il soit l’homme de la situation.

Probablement que les deux années restantes à son contrat (et une année d’option) pèsent dans la balance quand vient le temps de prendre une décision qui pourrait propulser les Yankees au prochain niveau, un niveau attendu impatiemment par les fans depuis 2009.

Sébastien Berrouard

Voir tous les articles