Thomas Hatch : sa place est-elle plus dans l'enclos?

Publié le 28 janvier 2022

Thomas Hatch est un nom très intéressant à Toronto. Le droitier a beaucoup de potentiel, mais jusqu’à maintenant, il a eu beaucoup de difficulté à matérialiser ce potentiel en du succès immédiat.

Son plus gros problème, c’est le contrôle. L’an dernier – en peu d’apparitions au monticule, je vous l’accorde – il a maintenu une moyenne de 5,8 buts sur balles par neuf manches. C’est beaucoup trop élevé pour un lanceur sur qui les Jays (ou les Bisons) vont devoir compter en 2022.

Alors, la question à mille piasses : est-ce que sa place est dans l’enclos, que ce soit à Toronto ou dans le AAA?


Je crois sincèrement que oui. Présentement, la rotation compte sur quatre bons lanceurs en Kevin Gausman, José Berrios, Alek Manoah et Hyun-Jin Ryu. Le cinquième poste est toujours vacant, du moins de ce qu’on sait.

Il y aura une compétition à l’interne, mais je ne vois pas Hatch déloger un gars comme Ross Stripling, qui a tout de même connu de bons moments l’an dernier. Nate Pearson, Anthony Kay, Zach Logue et Bowden Francis pourraient également être dans la course au dernier rôle dans la rotation.

Logue et Francis sont des espoirs et s’ils ne font pas l’équipe, ils seront très importants aux succès des Bisons cette année. Parlant des Bisons, ils auront tout un personnel de lanceurs en 2022. Je ne vois aucunement Kay, Pearson et Hatch (les trois ensemble) avec le grand club cette année et Buffalo pourra compter sur au moins l’un d’entre eux.

Les Blue Jays vont tenter de gagner la Série mondiale cette saison. Si l’un de leurs lanceurs ne fait pas bien, je ne crois pas qu’ils seront très patients. Le séjour de Hatch à Toronto pourrait être de très courte durée (s’il fait l’équipe au match d’ouverture et s’il connaît des ratés). Le droitier compte toujours sur deux autres options pour retourner dans les mineures sans passer par le ballottage ; Toronto pourrait facilement le céder aux Bisons, donc.

Quoi qu’il en soit, le poste des jeunes lanceurs est loin d’être acquis avec le grand club. Ils devront se battre pour décrocher un poste et surtout, y rester.

Raphael Simard

Voir tous les articles